Jan 27

Cet article est le premier d’une courte série sur la communication entre Reaper et le POD HD500 :

1. Le besoin

CC by-sa 3.0 Wikipedia

CC by-sa 3.0 Wikipedia

Afin d’augmenter la qualité et la quantité de ma production de vidéos (qui laisse sérieusement à désirer ces derniers temps), j’ai décidé de changer un peu ma méthode d’enregistrement.
Jusqu’ici, j’essayais d’enregistrer l’intégralité de chaque partie en une seule prise, sans réelle assistance. Du coup, étant un poil perfectionniste, beaucoup d’enregistrements ne sont pas satisfaisants et ne se retrouvent jamais montés.

J’ai donc pris quelques décisions :

  • Jouer un peu plus sur le montage des vidéos, afin de me permettre de faire une partie en plusieurs prises. J’ai notamment quelques morceaux dans ma liste qui ont des sections beaucoup plus complexes que le reste (comme un solo), et donc que j’aimerais bien pouvoir enregistrer à part, histoire d’éviter d’avoir à tout ré-enregistrer si je me foire.
    Pour cela, il va falloir que je me penche un peu plus sur les fonctions du logiciel de montage et que je trouve des idées de découpage sympa. Il y a des chances pour que je m’inspire fortement des vidéos de NeoGeoFanatic qui fait toujours un super boulot sur le montage et les effets. Je vais également enregistrer devant un fond vert, afin d’avoir plus de souplesse pour le montage (ma dernière vidéo utilisant un fond vert rend plutôt bien je trouve).
    Ce découpage me permettra également d’enregistrer un même morceau sur plusieurs jours : je manque parfois de temps pour enregistrer l’intégralité de la vidéo dans la journée, de plus jusqu’à aujourd’hui j’étais dépendant de la lumière du jour. Or, grâce à l’utilisation d’un éclairage puissant de qualité correcte et le découpage des pistes, je peux enregistrer plus facilement quand je veux.
  • Automatiser au maximum le POD : je n’ai pas envie d’enregistrer la guitare directe (« dry ») pour appliquer les effets ensuite, car j’aime bien entendre le rendu « en direct », donc je dois changer les paramètres du POD pendant l’enregistrement. Or c’est généralement source d’erreur, de perte de concentration. Le fait d’enregistrer génère un stress particulier donc si je peux me concentrer sur le jeu, c’est mieux. Et autant en concert, ce n’est pas très grave de ne pas être pile synchro, autant sur un enregistrement, cela se remarque tout de suite.
    Ayant découvert récemment les capacités MIDI du POD et de mon DAW, je vais beaucoup plus m’appuyer dessus.

2. Reaper

Reaper est un logiciel de traitement audio puissant que j’utilise depuis peu.  Ce n’est pas le logiciel le plus utilisé au niveau professionnel (ce sont plutôt ProTools ou Cubase) mais il dispose d’un nombre de fonctionnalités hallucinant malgré tout et est très abordable (apparemment 10x moins cher que les deux autres cités ici car propose une licence pour les particuliers).
De plus j’aime beaucoup leur politique :

Honest Business Model
We offer a good product at a fair price. We don’t spend money and effort on marketing, complicated piracy protection, or other things that do not directly improve REAPER and the user experience. We think the good will generated by playing fair and being responsive to users is more valuable to our business than short-term profits.

Du coup, une version d’essai du logiciel est disponible, avec toutes les fonctionnalités et qui n’expire jamais. En gros, si vous le voulez, vous pouvez utiliser le logiciel à volonté, sans limite, gratuitement (mais c’est pas bien !). Bien entendu, c’est en espérant que vous trouverez ce logiciel tellement merveilleux que vous l’achèterez !
Et rien que pour cela, ça donne envie de le payer.

Alors bien sûr, initialement j’effectuais mes enregistrements sur Audacity qui reste un bon logiciel de traitement audio, mais j’avais besoin d’un outil qui soit plus adapté au mixage, plus souple, non-linéaire (NLE), non-destructif : malgré les modifications effectuées dans le logiciel sur l’audio, la source n’est jamais modifiée. Aucun risque de faire une fausse manipulation, d’oublier de faire un backup… De plus, les paramètres peuvent être changés en direct pendant la lecture, tout est visuel.

Mais la fonctionnalité qui m’intéresse le plus en ce moment dans Reaper, c’est la possibilité d’échanger des messages entre applications ou entre appareils via des messages MIDI, en particulier pour communiquer entre le POD HD500 et Reaper.

3. Le POD HD500

Je n’ai pas grand chose à présenter ici, il s’agit d’un pédalier d’effets produit par Line 6, qui s’intègre parfaitement avec ma Variax et que j’utilise depuis un petit moment maintenant, pour les répétitions, comme pour mes enregistrements.
Mais les possibilités de ce pédalier étant très étendues, je n’ai découvert que très récemment ses capacités MIDI, ce qui me permet de me lancer dans ce petit chantier d’automatisation !

Ainsi, dans les prochains articles (prévus pour les jours / semaines prochaines), je vais faire une petite présentation du résultat de mes recherches sur la communication entre Reaper et le POD HD. L’ensemble de ces techniques ayant déjà été testées et mises en oeuvre dans ma dernière vidéo !

Leave a Reply